mardi 10 novembre 2015

Avis sur Oeuvre / Star Wars Rebels - Saison 1 Episode 1 : Sparks of Rebellion (2014)

En me replongeant dans l'univers de Star Wars, et en particulier le canon officiel, je viens de visionner le pilote/prologue de l'adaptation télévisuelle la plus récente: Star Wars Rebels.
Narrativement située entre la vieille trilogie et la prélogie, cette série d'animation raconte les aventures d'une bande de rebelles indépendants qui secourent des peuples et personnes victimes d'injustices de l'Empire Galactique. 




Points négatifs:
. La structure de l'intrigue est typiquement destinée aux enfants: beaucoup d'actions qui se suivent inlassablement (et invraisemblablement) et les inévitables résolutions à la "all is well that ends well"
. Peut-être trop peu de créativité dans l'ensemble:
-> l'histoire semble souvent être un brassage de différentes séquences de l'Episode IV (Ezra en cellule, le prisonnier wookie pour pénétrer la base impériale, l'hologramme stimulant, la découverte du sabre laser, le discours de Kanan sur la Force et les Jedi (prophète de la terre promise, le Canaan ?) copie/colle celui de Ben Kenobi à Luke, et le titre A New Hope est même mentionné dans l'enregistrement d'Obi-Wan 
-> les rôles de l'équipe classique sont tout à fait redistribués: le jeune Ezra et le trentenaire Kanan se disputent le leadership viril tels Luke et Han, Zeb est le monstre tête de con tout comme Chewbacca, Hera se contente aussi bien des commandes que Leia (sans doute un trope sexiste propre à beaucoup de personnages de Science-Fiction), Sabine est la non-conformiste solitaire qu'était Ben Kenobi et C1-10P n'est qu'un D2-R2 surexcité
-> les emprunts apparents de certains props (Sabine est une Boba Fett féminine avec une combinaison évidemment rose, la maison d'Ezra est une cabane wookie sans arbre de support et seule en pleine brousse) 
. Les colons impériaux sont trop conçus comme des nazis bêtement provocateurs 
. La représentation des wookies est assez mauvaise, pour ma part: ils sont trop anthropomorphisés (un wookie ne peut pas sourire (dans le sens de "grin") ou faire une moue triste de chien battu !), trop souples dans leurs mouvements et probablement trop écervelés
. Les faibles apports en termes de fanservice font perdre l'épisode en attraits

Points positifs:
. Les compositions de John Williams sont ralentis ou accélérées de façon sympathique, à mon avis
. Les prétextes excessifs pour faire apparaître les personnages de la saga sont peu présents
. Quelques répliques sont plutôt drôles 
. Il y a une réflexion de cohérence chronologique secondaire en ce qui concerne plusieurs éléments tels que le besoin de voler des armes pour se défendre (l'Univers Etendu a toujours bien montré que l'Empire s'accapare toutes les technologies militaires) ou la réduction en esclavage d'espèce non-humanoïdes telles que les wookies
. Les scènes de combat ou de course-poursuite sont, sans être exactement réalistes, nettement plus crédibles que celles de la série The Clone Wars
. Le rendu visuel est agréable 
. L'épisode est plus long et moins bâclé qu'un The Clone Wars, le scénario respire plus et les retournements-résolutions sont bien moins étouffés
. Le générique de fin indique que James Earl Jones est de nouveau la voix de Vader

N.B. 
Le stormtrooper qui émet un hurlement de mort mythique (dont je ne me rappelle plus l'origine cinématographique) en se faisant tirer dessus avant de tomber de la passerelle dans l'antepenultième scène. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire